37907 signataires, le Newsletter    S'inscrire  
Blog domiciliation France


 
La France sous contrôle identitaire ? Une lecture anthropologique
 
par Michel Agier (Le Monde, 11/11/2009)
 

Au lendemain de l'élection présidentielle de mai 2007, la création du ministère de l'identité nationale a lancé sur la scène publique des mots qui désignent l'étranger séparé d'un "nous" national. Ils furent dans le même temps les mots d'un mystérieux secteur de gouvernement dont on ne voyait pas bien la fonction, submergée par tant de symboles : "identité" comme cause nationale, "intégration" comme autre mot de l'exclusion, "immigration" comme problème identitaire... Une initiative gouvernementale agressive, mais juste politicienne, disait-on (plaire à l'extrême droite pour "neutraliser" le FN ?). Les mots des sciences sociales étaient retournés, instrumentalisés, les chercheurs et les militants associatifs et politiques se sentaient concernés pour en débattre, préciser leurs idées. Mais le ministère et le président Sarkozy n'ont pas franchement poursuivi le débat ! Pendant ce temps, le ministère de l'immigration et de l'identité nationale a constitué non pas son "objet" mais ses "objectifs", affichés, chiffrés : 27 000 expulsions d'étrangers par an. Et soudain, contre toute attente, un "débat" est annoncé. Non pas pour discuter de l'existence même de ce ministère mais pour décider "sans tabou" de ce que doit être l'identité nationale...

En ces jours où Claude Lévi-Strauss est célébré par tous comme l'un des plus grands intellectuels du XXe siècle, le penseur de la diversité et de l'unité de l'humain, il n'est pas inutile de rappeler que l'anthropologue du Collège de France organisa dans les années 1970 un séminaire dont le thème fut précisément "l'identité", notion qu'il désigna comme une "sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu'il ait jamais d'existence réelle" (L'Identité, PUF, 1977). Depuis plusieurs décennies, des chercheurs en sciences humaines et sociales s'interrogent sur les quêtes individuelles et collectives d'identité, et sur les raisons qui font que nous parlons si souvent d'identité. Leurs recherches les mènent vers les limites, les frontières, les contacts, bien loin de la croyance en une identité "vraie", essentielle, figée. Et les identités collectives, quelles qu'elles soient (culturelles, religieuses, nationales), ne renvoient à rien d'autre qu'au "mythe de l'insularité" pour reprendre les termes, encore, de Lévi-Strauss. Pour les sciences sociales (sociologie, anthropologie) comme pour les sciences humaines (psychologie, linguistique), il s'agit de comprendre et d'accompagner ce long travail de chacun pour accepter que l'identité est insaisissable et indéfinissable...

On admettra alors que l'injonction gouvernementale visant à définir des normes identitaires est ce qu'il y a de plus inacceptable pour le savoir des anthropologues. Quelle arrogance, quelle volonté de domination ou quelle stratégie peuvent conduire un gouvernement à vouloir gouverner, aussi, l'identité ? La "définir" (en faisant donc croire qu'elle est définissable) c'est produire des normes identitaires, soit une double violence. Violence pour ceux qu'elle met au défi de s'inclure et de rester "sous contrôle identitaire" au prix d'humiliations culturelles et mémorielles (faisant ainsi violence, par exemple, à la part africaine, antillaise ou maghrébine de l'histoire de France). En ce sens il y a bien un totalitarisme de tout "ministère" de l'identité dans la mesure où la question de l'identité, sa quête ou sa construction se déplacent sans cesse de la sphère la plus sociale et collective à la plus privée et intime. L'emprise totale du contrôle des personnes fonde le totalitarisme des Etats policiers, comme l'enseigne l'histoire du XXe siècle. Sous le couvert d'un "débat" sur ce qui définit l'identité nationale, nous serions ainsi amenés à "subjectiver" l'injonction d'un pouvoir suprême, à cautionner un paradoxe de démocratie totalitaire dont chacun deviendrait coresponsable, faisant de nous les co-auteurs du contrôle identitaire ! Le regard inquisiteur d'un pouvoir identitaire planerait alors, avec notre assentiment, sur la vie et les gestes de chacun. La définition d'une identité nationale provoquera une autre sorte de violence, en direction de ceux qu'elle exclut. Car cette identité normative – dont chacun sait que la mise en œuvre sera (elle l'est déjà) ethno-nationale – a comme toutes les normes pour fonction essentielle de produire des a-normaux et de les exclure, les "reconduire à la frontière" de l'identité. Faire exister "l'étranger" dans nos esprits et dans des politiques xénophobes sera la première vérification empirique d'une identité nationale ainsi fabriquée. Enfermée et appauvrie sur le plan culturel, elle entraînera logiquement avec elle des procédures d'identification et de vérification, c'est-à-dire davantage de police, de murs, d'enfermement.

Ce que les anthropologues offrent comme perspective à partir du constat de l'infinie diversité des cultures et des sociétés est tout à l'opposé de cette politique identitaire. C'est un universalisme. Tout en étant celui qui, dans les années 1950, prôna la reconnaissance, toujours légitime, des différences culturelles (voir Race et Histoire, Race et Culture, Albin Michel/Unesco, 2001), Claude Lévi-Strauss, dans les années 1970 défendit la "mutuelle intelligibilité" entre tous les humains et toutes les cultures. Or, les entreprises identitaires qui se sont développées dans le monde – et auxquelles fait écho de manière parfaitement cohérente l'entreprise idéologique du "débat sur l'identité nationale" – ont toutes emprunté des voies et des langages raciaux, ethniques, religieux, langages des "racines" et de "l'autochtonie", qui prennent un caractère plus radical et, partout, "durci" lorsqu'ils deviennent politiques... puis ethno-nationaux, et alors antonymes de la citoyenneté. Aujourd'hui, c'est cet angle là, identitaire, qui induit et domine toute initiative et toute parole du ministère de l'identité nationale et de l'immigration. A-t-on vraiment mesuré – dans les sphères mêmes du gouvernement, plus inquiètes de stratégies électorales que de proposer une vision du monde – tout le danger que fait peser dans notre pays déjà l'existence d'un "ministère de l'identité nationale" ? La recherche d'une adhésion à ses objectifs de contrôle des migrants et d'expulsion des étrangers indésirables par le biais d'un "débat" sur son objet est un échelon de plus dans sa dangerosité. Ce ministère doit disparaître, vite, son existence a déjà profondément assombri l'image de la France dans le monde, dans les pays du Sud comme du Nord. Et pour cause : il signifie l'enfermement et le refus de prendre place dans le mouvement du monde.

Retrouver cet article sur Le Monde

 

© 2009-2010 www.pourlasuppressionduministeredelidentitenationale.org - contact